Re: John Shephard - Goldschmidt tarot

#52
mikeh wrote:Yes, good observation. Another possibility: is there a bishop in our gallery of suspects with a special devotion to St. Clement?
Or perhaps a Pope who named themselves after Clement, though ones near the period seem to early or to late (unless reference is being made to a historical rather than current Pope, at the time of the deck, perhaps to the move of Papal state to Avignon? And Charles de Bourbon as Papal Legate of Avignon, and the troubles that caused?) :

Pope Clement V (1305–1314) — memorable for suppressing the Knights Templar, and moving papacy to Avignon; the violent repression of the Dulcinian movement in Lombardy, which he considered a heresy, and his promulgation of the Clementine Constitutions in 1313.
Pope Clement VI (1342–1352) — known for being the Pope during the Black Death
Pope Clement VII (1523–1534) — refused to annul the marriage of Henry VIII, thus prompting the English Reformation. (Also this Pope is referred to as the weak Pope (the Popesse) in Feolengo's tarot sonnet, re: refusal to fight the Turks, fighting instead fellow Christians).

There are also the 'anti-Popes':

Antipope Clement VII (1378–1394) The butcher of Cesena; First Avignon (anti-)Pope
Antipope Clement VIII (1423–1429)
Immature poets imitate; mature poets steal; bad poets deface what they take, and good poets make it into something better, or at least something different.
T. S. Eliot

Re: John Shephard - Goldschmidt tarot

#53
BOUGEAREL Alain wrote: My interrogation is the Anchor : it seems also to be a reference to a Traitor?
It is a symbol of Hope, the allegorical virtue of which is sometimes shown with the traitor Judas underfoot, symbolizing not treachery but the opposite of Hope: Despair.

Hebrews 6:19: "We have this hope as an anchor for the soul, firm and secure."
Immature poets imitate; mature poets steal; bad poets deface what they take, and good poets make it into something better, or at least something different.
T. S. Eliot

Re: John Shephard - Goldschmidt tarot

#55
SteveM wrote: Or perhaps a Pope who named themselves after Clement, though ones near the period seem to early or to late (unless reference is being made to a historical rather than current Pope, at the time of the deck, perhaps to the move of Papal state to Avignon? And Charles de Bourbon as Papal Legate of Avignon, and the troubles that caused?) :

Pope Clement V (1305–1314) — memorable for suppressing the Knights Templar, and moving papacy to Avignon; the violent repression of the Dulcinian movement in Lombardy, which he considered a heresy, and his promulgation of the Clementine Constitutions in 1313.
Pope Clement VI (1342–1352) — known for being the Pope during the Black Death
...
There are also the 'anti-Popes':

Antipope Clement VII (1378–1394) The butcher of Cesena; First Avignon (anti-)Pope
Antipope Clement VIII (1423–1429)
The Triple Crown of the Pope was also first introduced in Avignon, by Pope Clement V...*

Charles de Bourbon was also Papal Legate for a period (1477/78) in Avignon...

Isabel d'Este c.1504 adopts the same Motto as Charles de Bourbon, in Latin. In 1505, the word taraux for the first time in records appears in Ferrara and Avignon...

SteveM

"The third crown was added to the papal tiara during the Avignon Papacy (1309–1378), giving rise to the form called the triregnum.[16][17]

After Pope Clement V at Avignon, various versions of the three-crown tiara have been worn by popes also in Rome down to Pope Paul VI, who was crowned with one in 1963."

https://en.wikipedia.org/wiki/Papal_tiara
Immature poets imitate; mature poets steal; bad poets deface what they take, and good poets make it into something better, or at least something different.
T. S. Eliot

Re: John Shephard - Goldschmidt tarot

#56
SteveM wrote:
SteveM wrote:


The Triple Crown of the Pope was also first introduced in Avignon, by Pope Clement V...*

Charles de Bourbon was also Papal Legate for a period (1477/78) in Avignon...

Isabel d'Este c.1504 adopts the same Motto as Charles de Bourbon, in Latin. In 1505, the word taraux for the first time in records appears in Ferrara and Avignon...

SteveM

"The third crown was added to the papal tiara during the Avignon Papacy (1309–1378), giving rise to the form called the triregnum.[16][17]



Hi Steve

Maybe of interest, yes.
I was also studyng this path....


...



https://en.wikipedia.org/wiki/Papal_tiara
http://www.sgdl-auteurs.org/alain-bouge ... Biographie

Re: John Shephard - Goldschmidt tarot

#57
The building could also be the City of Avignon? The Seal of the Commune of Avignon has something similar (but there is also a bridge and water) :

Image


The other seal has four consuls on one side and the Girfalcus on obverse.

http://jean.gallian.free.fr/comm2/villes/avignon.html

The Girfalcus was an Emblem of Avignon.*

SteveM

*The greatest, strongest and fastest of the trained Falcons - the sacred Falcon.

http://ducange.enc.sorbonne.fr/GYROFALCONES

Original the symbol was an eagle, but was changed to a Girfalcus after the city was forced to submit to the two brothers of St. Louis, Alphonse of Poitiers and Charles of Anjou, heir by women in the counties of Toulouse and Provence. After the death of Alfonso, 1271, Philip the Bold inherited his share of Avignon, and he passed it in 1285 to his son Philip the Fair. It ceded in 1290 to Charles of Anjou, who therefore remained the sole owner of the entire city. In 1309, under Pope Clement V, Avignon became the residence of the popes, already owners of Venaissin; it was sold in 1348 to Clement VI by Jeanne, Queen of Naples and Countess of Provence, when the buidling emblem on the Seal of Avignon was replaced by three keys.

http://www.euraldic.com/lasu/tx/txt_vbh031_avignon.html
Immature poets imitate; mature poets steal; bad poets deface what they take, and good poets make it into something better, or at least something different.
T. S. Eliot

Re: John Shephard - Goldschmidt tarot

#58
SteveM wrote:The building could also be the City of Avignon? The Seal of the Commune of Avignon has something similar (but there is also a bridge and water) :

Image

Doing a google search on the above image I find it has already been mentioned in relation to the cards here:

http://www.lesoriginesdestarotsparjeanverame.com/
Immature poets imitate; mature poets steal; bad poets deface what they take, and good poets make it into something better, or at least something different.
T. S. Eliot

La piste avignonnaise

#60
Avignon is my City .. smile

"Dummett likes Shephard's idea that the subject of a card can be identified by what is shown on top. So for example when there are gravestones on the bottom and a sun at the top, the subject is the Sun. The idea also fits with the principle of "immediate recognition" for the players" (M HOWARD)

The principle of recognition by those who viewed tha cards may well not be resumed to only what is above or unerderneath for sure - in this case, what they refered to was understandable immediatly nevertheless.
But for us , so far away from an unknown hypothetical historical context,it's far from being evident.
Morever we have only a few remaining cards - the "lost" ones likely would have given more comprehension ...

But, within these limitations, one is in right to investigate.

Looking mainly on the Falconner's Card symbols : Dog, Falcon, Waterwheel ...

Image


Some notes of mine about "la piste avignonnaise"

Charles de Bourbon, Eveque de Lyon et Vice Legat d'Avignon French Motto, Louis XI, Charles VIII, Isabelle d'ESte.
viewtopic.php?f=11&t=1102&start=410#p17810

Pétrarque, installé en Avignon de 1312 à 1354, compose à son retour en Italie ses Trionfi, noms donnés aux atouts du tarot en Italie.

La première mention du mot « taraux » a été trouvée, en 1505, précisément en Avignon,


Une hypothèse séduisante : l'origine avignonnaise du Tarot;proopsée par le collectionneur Jean VERAME
http://lesoriginesdestarotsparjeanverame.com/
En tous cas, le Tarot dit de Marseille y a de dignes représentants : ça c'est certain.
La ville d'Avignon possède une tradition reconnue liée au Tarots dits de Marseille, avec notamment le Tarot de Jean et Jean-Pierre PAYEN,, maîtres cartiers avignonnais au XVIIIè siècle. Le maître cartier DODAL était lui originaire d'Avignon ...
La thèse a été publiée dans l'Encyclopédie WIIPEDIA à l'article Histoire des cartes du Tarot
https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_ ... s_de_tarot

The path of Avignon is also interesting not only from the Falcon but from the Wheel - presence also of the Dog.

1.The Dog
This Card could be a Hunting Jack called "Valet de Chien" -
Au Musée du Petit Palais d’Avignon, il y a des fresques provenant d’une maison de Sorgues dont une qui montre un Valet de chien (Fig. 2). Ces fresques auraient été peintes entre 1360 et 1380. A Villeneuve-lès-Avignon, peint à la même époque papale, il y a un autre Valet de chien ! (Fig. 3).
http://www.lesoriginesdestarotsparjeanverame.com/

Image


Image


2. Link to Hunting, the Falcon emblem of Avignon before the submission of the City.

Image


les murs de la salle située au premier étage de la Médiathèque d’Avignon, ancienne livrée du Cardinal Ceccano, sont ornés de blasons surmontés d’une arcature, exécutés entre 1340 et 1350 et le Gerfaut y est bien présent (Fig. 11).

Image



Ce blason montre en fait un Gerfaut et... c’était précisément l’emblème d’Avignon, jusqu’à ce que la Reine Jeanne ne vende la ville d’Avignon au pape Clément VI en 1348 (Fig. 10).




3. The Water Wheel :

Dans les environs d’Avignon, dans les petites villes de Sorgues et Entraigues, on recense dès le XIVème siècle bon nombre de moulins destinés à la fabrication du papier. Ainsi, un acte passé devant un notaire avignonnais, le 15 janvier 1431, nous dit qu’un artisan exploitant des moulins autour de la ville vend à des marchands italiens toute sa production de papier, dont du papier pour carte à jouer ( Cf. Note 1 ).

Note 1 - H.CHOBAUT, dans Les Maîtres-Cartiers d’Avignon du XVème Siècle à la Révolution, dans Mémoires de l’Académie de Vaucluse, quatrième série, Tome IV , 1955 :, précise : «L’industrie du papier remonte dans cette région à la seconde moitié du XIVème Siècle».

’existence de «tailleurs de molles» ( moules) ayant été trouvée à Dijon en 1393, à Ulm en 1398 ainsi qu’ à Florence, rien n’empêche donc une ville comme Avignon d’avoir eu des tailleurs de moules pour cartes. Le pape Clément V prônait la diffusion d’images saintes. Le premier cartier avignonnais connu était mercier depuis 1419 et, en 1439, il est désigné comme factor cartorum, puis factor cartorum et pictor, des métiers loin d’être incompatibles au XVe siècle ( Cf. Note 2 ).

Note 2 - H. CHOBAUT , op. cité : « Le premier cartier avignonnais connu...était à la fois mercier, peintre et cartier. Ces trois métiers sont parents au XVème siècle, nous le constaterons à maintes reprises. Il ne faut pas oublier qu’à cette époque les merciers vendaient des cartes à jouer, et que celles-ci étaient souvent peintes à la main...(...) A la fin du XVème siècle, les cartiers d’Avignon faisaient partie avec les peintres, de la confrérie de Saint-Luc, encore une preuve de la parenté de ces deux métiers.»

On peut supposer qu’une partie de cette production partait vers la région et même vers Lyon ( Cf. Note 3 ).
Note 3 - H. CHOBAUT , op. cité : « Le 15 janvier 1431, Bernard de Guillermont, fabricant de papier…, locataire de moulins à Entraigues et à Sorgues vend à deux marchands italiens établis en Avignon, toute sa production de papier, entre autre pour cartes à jouer, durant l’année à venir »..


Extraits de la thèse de Jean Verame
Quoi qu’on en dise, quoi qu’on en écrive, on ne sait RIEN sur l’origine des tarots. Les historiens d’art qui se sont penchés sur le sujet sont des Italiens qui, comprenant qu’ils ne pourraient remonter aux sources, se sont préoccupés de ce qu’ils avaient sous la main, c’est-à-dire essentiellement les Tarots Visconti (2ème quart du XVème siècle) et quelques autres cartes éparses. Je parle ici d’historiens d’art, très pointus qui, abandonnant très vite une recherche qui leur semblait vaine, sont partis du principe que puisque ces cartes se trouvaient en Italie (et pour cause, puisqu’elles avaient été faites pour les familles Visconti et la famille d’Este), elles ne pouvaient qu’avoir été inventées par des peintres de la région. Que par conséquent, le tarot était un jeu Nord-Italien, et que tout l’intérêt résidait dans la découverte des auteurs de ces cartes. On se mit donc à étudier et comparer les techniques de différents peintres, sans trop tenir compte de l’influence éminemment gothique que révèlent ces enluminures. La première moitié du XXème siècle a ainsi vu des affirmations, des dénégations et des infirmations. Ensuite après la bataille des noms d’auteurs possibles, il y a eu la guerre des dates, le tout prudemment suivi de points d’interrogation puisqu’il n’y avait aucune conclusion possible. De ce fait, dans la foulée tout devenait italien en dépit d’énigmes non résolues et de certaines incohérences. Personne ne semble avoir fait, pour en percer le mystère, une étude globale, non pas sur la peinture du Moyen-Age, mais sur l’enluminure et les miniatures. Je pense qu’il est temps d’ouvrir un nouveau champ de réflexion.

Avignon fut, au XIVème siècle, de 1305 à 1403, le centre de l’Europe et du monde chrétien, le siège des papes et de multiples cardinaux et courtisans. Cette cité a attiré des artistes en masse des Flandres, d’Ile de France, d’Espagne, de Moselle, d’Italie du Nord, d’Angleterre, et au-delà, sans oublier les miniaturistes parisiens. Avignon était une cité du Comtat Venaissin et faisait partie du Saint Empire Romain Germanique. Des milliers de dessins, croquis, en noir, en bistre ou en couleurs ont été accumulés pendant presqu’un siècle.
Mais voilà, paradoxe, cette cité cosmopolite, grouillante d’artistes, attirant pèlerins, artisans, banquiers ; où on parlait le provençal, le francilien ou le français, et le florentin, plus le latin évidemment, a été vidée de toutes ses richesses. Il ne faut donc pas s’étonner de l’absence incroyable de toute trace de cartes à jouer, puisque tout a pratiquement disparu sauf les bâtiments et leurs fresques.
À l’époque, nombre d’éléments symboliques et figures allégoriques circulaient en images destinées à un peuple majoritairement analphabète. Vies de saints, de Jésus, de Marie, mais aussi des vignettes à but éducatif, issues du monde antique et chrétien. En Provence, on les appelait nahipi, et aussi ybes ou ybys, comme les naïbis pour les enfants en Italie et devenues naipes par la suite en Espagne. Parmi toutes ces images, il y a celles qui ont été ajoutées dans certains jeux de cartes, créant ainsi les atouts du tarot. Il y avait le choix : on a retrouvé une planche ( fin XVème ) de cinquante images (Fig. 1) sur laquelle on trouve, en plus de celles qui sont les atouts du tarot, la Logique, la Rhétorique, la Théologie, la Misère, le Temps, la Prudence, la Charité, l’Espoir, la Raison, la Mélancolie, et aussi Mercure, Vénus, Jupiter, Apollon, Calliope, etc., qui auraient pu être à la place de la Tempérance, du Monde, des Amoureux, de la Maison Dieu, de la Force, de la Lune, du Soleil…etc.
Image



Il faut lire Christine de Pisan, Martin Le Franc et jusqu’à Le Cœur d’Amour Epris de René d’Anjou (Roi René), où nous trouvons, outre la Tempérance, la Force, la Fortune, c’est-à-dire tous les atouts connus, des Vertu, Raison, Espérance, Mélancolie, Vice, Paresse, Amour, Chasteté, tous éléments qui auraient pu être à la place des atouts existants.
http://www.sgdl-auteurs.org/alain-bouge ... Biographie

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 11 guests

cron